UFC-Que Choisir Clermont-Ferrand

ACTIONS LOCALES

PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES : GARE AUX DÉSILLUSIONS !


Vous avez peut-être fait les frais du discours de certains vendeurs indélicats au cours du récent salon de l’Habitat. Nos juristes de Clermont-Ferrand ont vu venir plusieurs victimes de ces contrats à des montants exorbitants. Nos enquêteurs ont souhaité réduire fortement leur facture d’électricité et ils ont entendu parler d’autoconsommation grâce aux panneaux solaires. Ils ont donc sillonné les foires et salons de leur département pour se renseigner sur les stands des vendeurs de photovoltaïque. Les discours et les arguments sont parfaitement rodés, tellement bien qu’à l’issue de leurs démonstrations, la rentabilité est toujours au rendez-vous en dépit de tarifs prohibitifs. Mais le raisonnement tient plus du tour de magie que du calcul, gare aux désillusions !

28 000 € pour une installation de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 4 kWc (1), Isolplus a fait fort à la foire de Marseille (des chiffres voisins étaient proposés à Clermont-Ferrand). Pour convaincre, il a promis une économie de 2 100 € par an sur la facture d’électricité grâce à l’autoconsommation. On peut parler d’une belle entourloupe, car les modules produiront tout au plus 5 600 kWh par an, soit, sur la base de 0,16 €/kWh, une économie maximale de 900 € sur la facture, si toutefois le ménage parvient à consommer 100 % de sa production. Mais c’est impossible puisque les panneaux produisent en journée et surtout en été, alors que les pics de consommation électrique, eux, interviennent tôt le matin et surtout le soir quand on est chez soi, autrement dit toujours en dehors des heures de production des panneaux.

Le ménage peut espérer en consommer 20 % spontanément, 40 % s’il cale au maximum sa consommation sur les moments où les panneaux produisent, autrement dit en journée et surtout l’été. Au mieux, il économise alors 360 € sur sa facture. En vendant le surplus non consommé à EDF 10 centimes/kWh, il touchera 340 €, soit 700 € par an, très loin des 2 100 € promis. Inutile d’espérer une quelconque rentabilité.

DES ESTIMATIONS IRRÉALISTES

En réalité, le prix correct pour 1 kWc posé est depuis quelques années de 3 000 € maximum selon Hespul, l’association qui fait référence dans le domaine du photovoltaïque. Elle cite même des installations pour une puissance de 3 kWc facturées 7 500 €, soit 2 500 €/kWc. Or, sur les foires et salons, la majorité des exposants le vend entre 6 000 et 8 000 €. Certains de nos enquêteurs se sont vu proposer des installations à des montants encore plus fous, notamment 41 340 € sur le stand de Nergia à la foire européenne de Strasbourg pour une puissance non précisée mais a priori de 4 kWc ! Le plus fort, c’est qu’en dépit du caractère exorbitant de ces montants, les vendeurs parviennent toujours à présenter une simulation qui rendrait l’investissement rentable. Malgré son prix de 26 800 €, l’installation de 4,2 kWc proposée sur un stand à la foire de Dijon « s’amortit en 6 à 7 ans, et les années suivantes c’est du bénéfice, EDF achète ce que vous ne consommez pas », selon le commercial. Alors, Que Choisir a sorti la calculette. Entre économie sur la facture et vente à EDF, l’installation payée 26 800 € génère un revenu annuel de 580 €. Même si le prix du kWh augmente fortement, les modules auront rendu l’âme avant que l’investissement ne soit rentabilisé. L’affirmation tenait plus du tour de magie que du calcul ! Autre recette éprouvée pour convaincre les clients, l’ajout d’un chauffe-eau thermodynamique. Alpes Énergies Nouvelles facture le tout 20 400 € à la foire de Chambéry, Group Solar ajoute une climatisation réversible et passe à 29 562 € à La Rochelle. Ce pack atteint 38 000 € à la foire de Dole. Ces ajouts sont parfois suffisants pour convaincre, mais ce n’est jamais rentable.

DÉPENSEZ VOTRE ARGENT POUR AUTRE CHOSE

On l’aura compris, Que Choisir déconseille vigoureusement la fréquentation des exposants en photovoltaïque dans les foires et salons. C’est la porte ouverte aux ennuis financiers et aux regrets amers de s’être ainsi fait avoir. Attention, le démarchage à domicile pour le photovoltaïque est tout aussi ravageur, ne signez pas non plus. Signalons tout de même les quelques contre-exemples qui font honneur à la profession. Ainsi, Solethix, à la foire de Castres, ou Damotte génie climatique à celle de Dijon ont expliqué à nos enquêteurs qu’une installation photovoltaïque ne serait pas rentable. « Faites-vous plutôt plaisir avec un autre achat », a même suggéré Prigent-Abiven au salon habitat de Brest.

UN INVESTISSEMENT DIFFICILE À RENTABILISER

Cette carte de l’association Hespul indique le nombre de kWh que peut fournir 1 kWc (1) de modules photovoltaïques, selon l’ensoleillement du lieu où il est posé en toiture. Les chiffres correspondent à des conditions optimales : une exposition plein sud, une inclinaison idéale à 30° et une absence d’ombrages. La production annuelle d’une installation de 3 kWc (la plus couramment proposée aux particuliers) se situe donc entre 2 400 et 3 000 kWh dans une grande partie nord et est, 3 600 et 4 200 kWh dans le Sud-Est. Avec 40 % d’autoconsommation possible au maximum et la vente du surplus à EDF au tarif de 10 centimes par kWh, il est difficile de rentabiliser ­l’investissement. Même avec la prime d’investissement de 2 000 €, il faut payer l’installation au prix le plus juste et vivre dans le Sud plutôt que dans les Hauts-de-France.

Capacité annuelle de production d’électricité pour 1 kWc. À ­multiplier par la puissance proposée pour évaluer votre production.

Avant toute signature de contrat, faites réaliser des devis par plusieurs entreprises et prenez contact avec l’UFC QUE CHOISIR Clermont-Ferrand si vous êtes adhérent pour étudier, avec nos conseillers juristes, le sérieux de l’offre proposée et ses conditions financières. Ne cédez pas au miroir aux alouettes de nombreux vendeurs. Au téléphone, demandez un devis écrit !